Voici 5 Raisons pour Lesquelles Nous Devons Parler de la Stigmatisation de l’Avortement Chirurgical

Here are 5 Reasons Why We Should Talk About Surgical Abortion Stigma

Par l’équipe des conseillères de safe2choose

« La stigmatisation nourrit le silence et le silence nourri les mythes. Des mythes qui désinforment, trompent et stigmatisent davantage. C’est un cercle vicieux et nuisible que nous devons briser. » [1]

Toutes personnes qui souhaitent recevoir des conseils sur l’avortement sécurisé et des informations sur l’avortement médicamenteux peuvent accéder gratuitement à ces services avec safe2choose.org/fr.

Notre équipe de conseillères est là pour soutenir les personnes du monde entier qui ont besoin d’informations et de services sur l’avortement.

Pour la plupart, l’avortement a des connotations négatives. Cela est dû au fait que la société a renforcé la stigmatisation autour du processus et de la nature de l’avortement chirurgical.

Le dictionnaire en ligne Merriam-Webster décrit la stigmatisation comme «un ensemble de croyances négatives et souvent injustes qu’ont une société ou un groupe de personnes a à propos de quelque chose»[2].

1. La stigmatisation de l’avortement chirurgical a créé une culture du silence.

La stigmatisation de l’avortement a favorisé des idées négatives sur la procédure, créant une culture du silence et un manque de connaissances sur les traitements médicaux et leur sécurité.

Afin de déconstruire cette stigmatisation, nous partageons des informations fiables sur l’avortement chirurgical, les mythes qui existent et l’importance du contexte linguistique dans la lutte contre la stigmatisation de l’avortement. Chez safe2choose, nous aidons nos utilisatrices à prendre des décisions réfléchies.

Un avortement chirurgical sûr et sécurisé correspond à toute procédure d’avortement réalisée par un clinicien qualifié, en milieu clinique. Il comprend les différentes méthodes d’aspiration intra-utérine, de dilatation et d’évacuation.

Vous pouvez choisir parmi plusieurs méthodes d’avortement chirurgical sécurisé; cela dépendra de votre contexte géographique, de l’âge gestationnel de votre grossesse et de vos préférences.

Malheureusement, ces méthodes ont été associées à plusieurs mythes et idées reçues. L’incompréhension de la procédure est devenue un obstacle à l’accès à des informations et des services fiables.

Sans connaissance des options d’avortement sécurisé disponibles, de nombreuses personnes choisiront de ne pas demander d’assistance médicale, même en cas d’urgence. 

2. La stigmatisation de l’avortement affecte les femmes et les filles, les prestataires d’avortement, les défenseurs des droits reproductifs et les communautés.

Bien que l’avortement soit une expérience courante dans le monde, il est encore largement stigmatisé. Les attitudes et croyances négatives à propos de l’avortement peuvent constituer des obstacles à l’accès à des services sûrs et peuvent empêcher les gens de parler de leurs expériences d’avortement [3].

  • L’avortement par aspiration manuelle intra-utérine (AMIU) est un type d’avortement chirurgical pouvant être pratiqué jusqu’à 10-14 semaines de grossesse [4].
  • L’aspiration sous vide électrique (AVE) est une forme d’aspiration utérine et est souvent utilisée entre 10 et 15 semaines de gestation
  • Les méthodes de dilatation et d’évacuation (D&E) sont couramment utilisées au-delà de 14 semaines de gestation
  • L’avortement par induction, lorsqu’il est utilisé, est généralement pratiqué pour les grossesses au-delà de 16 semaines de gestation
  • La dilatation et le curetage (D&C) est une méthode d’avortement dépassée et a été largement remplacée par des méthodes d’aspiration utérine (AMIU / EVA) et de dilatation et d’évacuation (D&E).

3. Un nombre croissant de contre-vérités / mythes concernant l’avortement chirurgical.

De l’infertilité à la durée des procédures et aux soins post-avortement, il y a un nombre croissant de mythes associés au sujet.

 Mythe: «Un avortement causera l’infertilité.»

Réalité: Suite à un avortement chirurgical ou médicamenteux avec des pilules, votre fertilité reviendra en général au bout de 10 jours.

Mythe: «Vous passerez plusieurs jours à la clinique après un avortement chirurgical.»

Fait: Un avortement chirurgical dure entre 15 et 30 minutes.

Mythe: «Un avortement chirurgical est un traitement à haut risque.»

Réalité: Lorsqu’il est pratiqué par un professionnel de la santé, un avortement est plus sûr que l’accouchement.

Mythe: «Avoir un avortement chirurgical vous laissera une grosse cicatrice.»

Réalité: Il ne nécessite aucune coupe, vous n’aurez donc aucune cicatrice.

Mythe: «Le médecin utilisera un gros couteau pour mettre fin à la grossesse.»

Réalité: Il existe plusieurs méthodes sûres de procédure chirurgicales parmi lesquelles vous pouvez choisir et aucune d’entre elles n’est réalisée avec un couteau. Les plus courantes sont l’AMIU, qui est réalisée avec un Ipas, et l’AVE, qui est réalisée avec une machine électrique [5].

4. Les avortements chirurgicaux ont souvent été incorrectement associées à de longues procédures, à une anesthésie complète et à des coûts et des risques élevés. 

Au-delà des mythes et des idées reçues, il existe une stigmatisation persistante autour des avortements en général et des avortements chirurgicaux en particulier. À mesure que l’usage de la langue se transforme à travers le temps et les cultures, les groupes anti-avortements ont développé différentes façons d’éloigner les termes de l’avortement de leur sens d’origine. [6]

La stigmatisation de l’avortement chirurgical se perpétue dans de nombreux contextes, y compris dans les médias, qui illustrent parfois l’expérience de l’avortement à travers une perspective biaisée. En général, il ne s’agit même pas de l’avortement lui-même. Jetons un coup d’œil au mot «chirurgical» [7].

Selon Amy Hagstrom Miller, PDG de Whole Woman’s Health, le mot «chirurgical» pourrait être trompeur – la procédure n’exige généralement pas de coupure ou de suture de quelque nature que ce soit. Pour décrire plus précisément ce type d’avortement, de nombreux prestataires de soins de santé ont adopté le terme «avortement de procédure » [8] ou «avortement en clinique».

De plus, la communauté de l’avortement a choisi de faire la distinction entre les avortements «chirurgicaux» et «intra-utérins». Par exemple, lorsque les termes «avortement intra-utérin» sont utilisés, ils font référence à l’aspect d’aspiration de la procédure, et restent moins invasif. 

En fin de compte, les termes «intra-utérin» et «chirurgical» font partis des termes de la procédure en clinique pour les avortements.

5. L’avortement chirurgical est une méthode sûre et efficace à 99% pour l’avortement électif ou la gestion d’une fausse couche.

L’avortement chirurgical est généralement pratiqué dans une clinique ou un hôpital par un professionnel de la santé qualifié [9]. Pour en savoir plus sur l’avortement chirurgical, visitez notre site Web [10].

Tandis que beaucoup choisissent de ne pas utiliser les termes «avortement chirurgical» comme moyen de prévenir la stigmatisation, nous continuons à utiliser les termes “avortement chirurgical» et «avortement en clinique», non pas pour promouvoir un usage restrictif et stigmatisant du lexique d’avortement, mais comme un moyen de rester transparentes.

Nous sommes une plate-forme internationale en ligne qui offre des conseils en matière d’avortement à des personnes du monde entier, au-delà des frontières et des cultures. Grâce à un langage neutre, nous restons ouvertes et nous soutenons toutes les histoires que nous partageons avec les individus à travers le monde. 

En fournissant des informations précises sur l’avortement, chez safe2choose.org/fr, nous espérons avoir un impact positif en réduisant le taux de stigmatisation dans les médias et les échanges,, tout en conduisant finalement à une sensibilisation plus importante et à une meilleure compréhension de l’avortement dans le monde.

Chez safe2choose.org/fr, notre objectif est de vous informer de la meilleure manière possible afin que vous puissiez prendre des décisions médicalement fondées au sujet de vos avortements.

Les services de conseil en matière d’avortement sont disponibles en plusieurs langues, dont le Hindi, le Kiswahili, le Français, le Portugais, l’espagnol, le wolof et l’anglais. Vous pouvez également toujours discuter en tête-à-tête avec un conseiller via la section de chat en direct du site Web [11], ou envoyer un e-mail via info@safe2choose.org.

safe2choose.org/fr invite également toutes les utilisatrices à visiter nos pages Facebook, Instagram, Twitter et TikTok pour en savoir plus.


Sources

[1] “Smash Abortion Stigma.” Marie Stopes,www.mariestopes.org/smash-abortion-stigma/. Accessed September 2020.

[2] Freedman, Lori.“Abortion Stigma – What is it, and how does it affect women’s health?” ANSIRH and Bixby Center for Global Reproductive Health, www.innovating-education.org/cms/assets/uploads/2016/02/Week1FreedmanStigma.pdf. Accessed September 2020.

[3] “Comment Parler de l’Avortement: Guide pour l’Élaboration de messages basés sur les droits” IPPF,  www.ippf.org/sites/default/files/ippf_abortion_messaging_guide_fr.pdf. Accessed September 2020.

[4][5] “Guide Pour un Avortement par Aspiration Manuelle Intra Utérine (AMIU).” Safe2choose,  https://safe2choose.org/fr/procedure-aspiration-manuelle-intra-uterine-amiu/. Accessed September 2020.

[6] [7][8] Mahone, Regina. “Notes on Language: Why We Stopped Using ‘Surgical Abortion’ at Rewire.News.” Rewire News, 2020,  rewire.news/article/2020/04/16/notes-language-stopped-using-surgical-abortion/. Accessed September 2020.

[9][10][11] “Types d’Avortements Chirurgicaux” safe2choose, safe2choose.org/fr/types-d-avortements-chirurgicaux/. Accessed September 2020.

Nous restons disponible pour vous soutenir tout au long de votre avortement durant le COVID-19

Nous surveillons de près la situation du coronavirus dans le monde et nous continuons de mettre à jour nos informations et nos services.

Nous conseillons à nos visiteurs de:

  1. Lire notre dernier blog sur l'avortement et le COVID-19
  2. Suivre les directives de sécurité de l'OMS sur le COVID-19
  3. Contacter nos conseillères