L’avortement à travers un regard éthique féministe

Le thème de l’avortement est au centre des théories féministes. Des idées fausses, des incomprehensions et des informations erronées entourent les avortements, entraînant la stigmatisation, la honte et même la peur. Les mythes sont formés par des facteurs historiques et sociaux et sont profondément imbriqués dans les questions de droits intersectionnels des femmes. Nous pensons qu’une compréhension de l’origine de ces mythes sur l’avortement et des raisons pour lesquelles ils circulent contribuera à les dissiper et à donner plus de confiance aux personnes qui cherchent à se faire soigner.
L’avortement est un sujet fondamentalement féministe, puisqu’il touche à l’autonomie corporelle, au sexe et à la sexualité, à la sphère privée et à la sphère publique, et plus encore, mais il est important que nous utilisions une optique féministe intersectionnelle lorsque nous explorons ces idées. L’ethnicité, les capacités, la sexualité et les revenus ont tous une incidence sur les expériences des personnes qui cherchent à se faire avorter, tout comme certains facteurs historiques et sociaux. Dans ce blog, nous discuterons de cette histoire, nous explorerons certaines des pressions sociales qui affectent les personnes ayant un utérus, et nous parlerons de ce que nous pouvons faire pour créer un dialogue plus ouvert et plus acceptable sur les avortements.

 

Une brève histoire de l’avortement.

Les avortements ne sont pas un miracle de la médecine moderne, ils existent depuis des milliers d’années. L’une des plus anciennes mentions d’avortements provient d’un papyrus égyptien datant de 1550 avant J.-C., et diverses méthodes d’avortement ont été trouvées dans des textes anciens du monde entier. Les avortements étaient également courants à l’époque gréco-romaine ; ce n’est qu’après l’expansion du christianisme que les avortements ont commencé à être considérés comme une atteinte à la vie. Jusqu’au 19e siècle, dans les pays occidentaux, les avortements avant le ” déclenchement “, lorsque la femme enceinte sent les premiers mouvements du fœtus, étaient généralement acceptés.

Au cours du XIXe siècle, les progrès de la médecine et de l’hygiène ont amené les professionnel·le·s de la santé des pays occidentaux à souhaiter une “normalisation” de la médecine. Bien que cette démarche ait été bénéfique, car elle a permis une recherche ciblée et une élevation des normes générales, elle a également délégitimé et exclu de nombreuses femmes médecins, en particulier les sages-femmes qui pratiquaient des avortements, dont la majorité étaient des femmes indigène ou noires. Lorsque les médecins élitistes américains ont créé la gynécologie, ils avaient tout intérêt à exclure les sages-femmes noires et indigènes, qu’ils qualifiaient de “sauvages”, “peu hygiéniques” et “ignorantes”. Aux XIXe et XXe siècles, des femmes noires ont été torturées et leurs corps ont été utilisés dans des opérations chirurgicales non consenties afin de mettre au point les mêmes outils que ceux utilisés par ces médecins blancs pour mettre les sages-femmes au chômage.

Il existe un lien intrinsèque entre la propagation de la suprématie blanche et la criminalisation des avortements. Lorsque les élites masculines blanches ont tenté d’évincer les femmes, en particulier les femmes noires, des professions de santé, elles ont fait passer le corps des femmes de la sphère privée à la sphère publique, créant ainsi un monopole du pouvoir sur le corps des femmes pour les hommes. Cela a non seulement contribué à établir que le corps des femmes, y compris les fœtus qu’il contient, est la propriété des hommes, mais cela a également créé un large fossé en matière de santé sexuelle entre les personnes blanches et les personnes noires ayant un utérus, car les contraceptifs alternatifs étaient fournis aux familles blanches de la classe supérieure et inaccessibles aux familles noires et de la classe inférieure.

L’histoire des avortements montre clairement que les lois en vigueur aujourd’hui ne sont pas fondées sur la préservation de la vie ou le bien-être des personnes ayant un utérus. L’héritage des perceptoins occidentales s’est répandu dans le monde entier en raison du colonialisme et de la surreprésentation des hommes dans les processus décisionnels. Ces pratiques législatives, fondées sur le désir des hommes d’avoir le monopole du corps de la femme, diminuent la qualité de vie des personnes ayant un utérus et renforcent les structures de pouvoir patriarcales et racistes.

Vous pourriez être intéressé par des informations sur les lois sur l’avortement dans le monde.

 

Féminisme et avortements.

Le féminisme est un vaste courant de pensée qui touche à tous les aspects de la vie. Il cherche non seulement à expliquer les raisons patriarcales qui sous-tendent la criminalisation continue des avortements, mais aussi les attentes injustes de la société à l’égard des personnes ayant un utérus, et la manière dont nous pouvons évoluer vers une société plus égalitaire et fondée sur les droits.

Criminalisation continue.

90 millions de femmes (les données ne mentionnent pas les femmes qui n’ont pas d’utérus) vivent dans des pays qui interdisent encore l’avortement pour toutes les raisons. 360 millions vivent dans des pays qui n’autorisent l’avortement que lorsque la vie de la femme est en danger et 240 millions ne peuvent avorter que pour préserver leur santé. Les lois interdisant l’avortement ont peut-être sauvé la vie des femmes en empêchant les pratiques d’avortement dangereuses, mais ces mêmes lois entraînent aujourd’hui une augmentation des décès, car les personnes ayant un utérus ne peuvent pas accéder aux soins de santé sûrs dont elles ont besoin. L’absence de personnes ayant un utérus dans les processus décisionnels signifie que la législation sur l’avortement est largement élaborée par des personnes qui ne connaîtront jamais la grossesse. Même dans les pays où l’avortement est légal, les prestataires de services d’avortement ne sont pas protégés et nombreux reçoivent des menaces de la part de militants anti-avortement.

Les lois récemment adoptées au Texas, aux États-Unis, qui ne prévoient aucune exception pour les personnes violées ou victimes d’un inceste, montrent que l’avortement est un champ de bataille pour les droits des femmes et une priorité pour les féministes du monde entier. La Déclaration de consensus de Genève, une législation anti-avortement établie par l’administration Trump, a été signée par des pays du monde entier, dont le Brésil, l’Égypte, l’Ouganda, la Biélorussie, les Émirats arabes unis, l’Irak et la Libye. Il existe un précédent mondial de gouvernements dirigés par des hommes qui contrôlent les mouvements des femmes et leurs droits sur leur propre corps, et ce n’est que lorsque le domaine politique comblera son écart entre le genre que nous verrons un réel développement des droits reproductifs.

Cependant, le changement au cours des 25 dernières années a été monumental. Un grand nombre de pays ont apporté des modifications juridiques, même progressives, qui ont amélioré la situation des personnes souhaitant avorter. L’OMS reconnaît également l’accès à l’avortement comme un droit humain, et de nombreuses ONG proposent des conseils et une aide aux personnes souhaitant avorter. La loi évolue lentement à mesure que des recherches fondées sur des données probantes font surface concernant la sécurité et les avantages des avortements.

Le mythe de la maternité.

La maternité est au cœur des théories féministes, à la fois comme une chose à célébrer et comme une chose dont il faut se libérer. Ce sur quoi la majorité des féministes s’accordent, c’est que la maternité doit être un choix et non une attente. Les idéalisations occidentales de la femme au foyer et de la mère se sont répandues dans le monde entier, et les femmes ont du mal à échapper à ces récits culturels dominants. On attend également des personnes dotées d’un utérus qu’elles aient un instinct maternel qui les incite à devenir parents, ce qui est tout simplement faux. Ces attentes sont liées aux avortements de multiples façons.

Non seulement les personnes dotées d’un utérus sont censées vouloir avoir un enfant, et donc interrompre une grossesse irait à l’encontre de leur nature même, mais il existe également une culture de la culpabilité pour celles qui peuvent tomber enceintes, mais ne le souhaitent pas. L’idée que le refus d’une maternité qui doit être intrinsèque à celles qui ont un utérus est un acte égoïste, et que les avortements sont irréfléchis pour les autres, perpétue les attentes selon lesquelles les femmes sont censées servir et penser aux autres, et non à elles-mêmes. Dès leur plus jeune âge, les filles apprennent à se concentrer sur la communauté, tandis que les garçons sur leur propre avenir. Par conséquent, lorsque les personnes dotées d’un utérus luttent contre ces normes et choisissent de ne pas avoir d’enfants, il s’agit d’une rébellion contre les principes fondamentaux du patriarcat.

 

La contraception.

Enfin, la contraception est au centre de la pensée féministe depuis au moins aussi longtemps que le suffrage. Si l’avortement est inclus dans la contraception, celle-ci comprend également des méthodes qui empêchent la grossesse. Dans la continuité du “monopole sur le corps des femmes” mentionné plus haut, la contraception est presque entièrement conçue pour empêcher un corps doté d’un utérus de tomber enceinte, par opposition à un corps doté de sperme de créer une grossesse. La contraception n’est pas facilement accessible dans le monde entier, et même lorsque la contraception est disponible, elle n’est pas toujours agréable. L’idée que la contraception doit être utilisée afin d’éviter les avortements est importante, mais dans certains cas, elle est muette. Les contraceptifs tels que la “pilule”, le “stérilet”, etc., ont d’énormes effets secondaires pour les utilisatrices et peuvent être coûteux dans les pays où l’accès aux soins n’est pas gratuit. L’avortement peut être la seule option pour certaines.

En conclusion, les féministes affirment que le corps d’une femme ne lui appartient pas. Une histoire d’attentes et des systèmes patriarcaux et racistes bien ancrés ont stigmatisé et criminalisé les avortements dans le but de contrôler le corps de celles qui ont un utérus et de promouvoir des idéaux misogynes. Bien que la légalisation de l’avortement et la diffusion d’informations fondées sur des preuves se soient considérablement améliorées au cours de notre vie, nous avons encore un long chemin à parcourir. Il est impératif que nous continuions à diffuser des informations, à dissiper les mythes et à lutter contre les actions en justice afin de créer une société où chacun se sent en sécurité et est informé des possibilités qui s’offrent à lui.

Blumenthal, D., & Zephyrin, L. (2021). Texas’s New Abortion Law Will Harm People of Color, Further Entrench Racist Policies. Commonwealthfund.org. Retrieved 7 April 2022, from https://www.commonwealthfund.org/blog/2021/texass-new-abortion-law-will-harm-people-color-further-entrench-racist-policies.

Center for reproductive rights. (2022). The World’s Abortion Laws – Center for Reproductive Rights. Center for Reproductive Rights. Retrieved 7 April 2022, from https://reproductiverights.org/maps/worlds-abortion-laws/.

Guttmacher Institute. (2022). Unintended Pregnancy and Abortion Worldwide. Guttmacher.org. Retrieved 7 April 2022, from https://www.guttmacher.org/sites/default/files/factsheet/fb_iaw.pdf.

Potts, M., & Campbell, M. (2002). History of Contraception. Web.archive.org. Retrieved 7 April 2022, from https://web.archive.org/web/20030701162741/http://big.berkeley.edu/ifplp.history.pdf.

safe2choose, & Ipas. (2020). INTERNATIONAL SURVEY OF ABORTION PROVIDERS AND COMPANIONS. Safe2choose.org. Retrieved 7 April 2022, from https://safe2choose.org/abortion-information/resources/international-survey-of-abortion-providers-and-companions.pdf.

World Health Organisation. (2021). Abortion. Who.int. Retrieved 7 April 2022, from https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/abortion.